Au revoir, Madame

Vendredi, à 14h45, j’ai cessé d’être prof.
J’y ai souvent pensé dans ma courte carrière. Peut-être même depuis les premiers instants. Statistiquement, la majorité des enseignants démissionne au bout de 5 ans. Pourquoi? Parce que c’est un métier, quand il est bien fait, difficilement équilibré.

Mais je ne veux pas m’attarder ici sur les problèmes liés à la profession. À moins d’être lue par d’autres profs, je sais d’avance que « mais vous les profs, vous ne foutez rien, pendant dix ans vous pouvez énoncer le même cours, puis vous êtes toujours en vacances, et vous êtes bien payés, franchement qu’est-ce que c’est 75 copies à corriger trois fois par semaine, t’es chez toi à 15h ».

Je n’ai pas non plus l’ambition de vous faire un récit de ce qu’il se passe dans une classe de collège, de vous expliquer qu’on enseigne plus comme en 1990 et que non, je n’énonce pas de cours, en fait. Je n’ai pas la patience de vous ressortir des grandes théories éducatives et psychologiques apprises en fac, qui me feraient passer pour pédante, ni qu’il faut chaque jour composer avec l’addiction des élèves à la micro-technologie. Bon, le dernier point, vous le savez sans doute et si vous avez des pistes pour des écoles anti-tech où on pourrait scolariser le citron le moment venu, n’hésitez pas…

Je veux parler du sentiment doux-amer qui m’a envahie les dernières semaines de classe,  alors que je partageais des moments sympas avec mes petits accros de l’iPhone et du Fidget Spinner. Je veux parler de tous les événements drôles. Je veux parler de cet élève de 13 ans qui n’avait pas confiance en ses capacités mais qui était capable de faire une blague en français. Je veux parler de leurs vidéos de cuisine, de ces deux filles qui ont choisi de se filmer en train de faire une tarte aux pommes et qui m’en ont apporté une part. Je veux parler des examens de fin d’année que les élèves ont conçu, au lieu de passer. Je veux parler du chouette cercle littéraire que nous avons fait pour iMamie.

Parce qu’enseigner, c’est renouveler, changer, inventer, faire bouger, échanger, inverser. Enseigner, c’est s’adapter aux élèves d’aujourd’hui et trouver le meilleur moyen de les atteindre, pas de les faire rentrer dans une case. Au hasard, la fameuse case de 1990… Enseigner, ce n’est pas remplir un trou;  c’est créer un trou que les élèves vont avoir envie de remplir eux-mêmes. Moi, la prof, je ne suis que le guide de cette quête. Je suis là pour leur tendre la main et les mettre en route vers ces pistes de réponses. Je ne détiens pas le savoir. D’accord, occasionnellement, je détiens le savoir de comment on prononce ce mot-ci ou ce mot-là ;-)

Etre ce guide pendant l’heure de cours requiert que toute la préparation soit faite en amont. Pendant les quatre heures d’enseignement journalier, je suis à leur disposition, ce qui signifie qu’avant et après, je potasse sur des techniques, j’invente des activités, je me creuse le cerveau sur le meilleur moyen d’amener tel élément et de m’assurer qu’ils trouvent une option qui leur convient pour que ça rentre. Je propose, ils disposent.
Etre ce guide, ça mange sur la vie. Or, pour le moment, ma vie avec le citron est bien trop précieuse pour être réduite à une promenade en fin d’après-midi et à une lecture du soir.

Après 5 ans, je n’ai pas eu à démissionner.
Pour des raisons budgétaires, une collègue dont le poste a été supprimé a pris le mien. La dernière arrivée est la première à partir, et l’équipe se portera mieux sans celle qui faisait des vagues et voulait tout changer. Au lieu de tenter d’abattre le mur du mythe des devoirs à la maison, ce sont d’autres cloisons vers lesquelles je vais me diriger maintenant. Notamment celles de l’auto-entreprenariat et de la traduction freelance.

Mon dernier souvenir de prof restera cette interaction avec une élève perdue, dont la salle de permanence a été changée au dernier moment. Je n’oublierai pas sa petite voix apeurée, son regard timide, puis son sourire reconnaissant. Car c’est peut-être ça, finalement, qui fait que des milliers de personnes aspirent à être prof: savoir qu’on a amélioré la journée d’un autre être humain.

Le bureau qui avait disparu

Une reprise en douceur

Après 8 mois de congé maternité, j’ai repris le chemin du collège.
J’ai retrouvé mes élèves pour douze semaines de cours de français, non sans appréhension… En réalité, il m’a fallu environ 10 minutes pour reprendre mes marques :-D
Facile, rien n’a changé dans mon établissement. À part quelques nouvelles têtes du côté des collègues et une station-filtre pour les bouteilles d’eau dans mon couloir, tout est exactement pareil.

C’est beaucoup plus simple de revenir dans un endroit déjà connu, avec un tiers des élèves qui m’avaient l’an dernier et des collègues que je connais déjà, que de se lancer dans une nouvelle entreprise après un congé relativement long. De plus, le citron sera avec le Viking, qui est en congé paternité, et non pas avec des inconnus. Dans tous les cas de figure, voici quelques pistes pour reprendre sans avoir envie de se pendre au radiateur — que vous ayez envie de revenir au travail ou non, d’ailleurs: même si la vie à la maison avec bébé n’est pas pour vous, ça ne veut pas dire que c’est facile!

Je suis revenue progressivement
Six semaines avant mon retour, j’ai demandé un rendez-vous avec mon principal et son adjointe. Ça m’a permis de prendre connaissance de mon emploi du temps (j’ai demandé à passer à 60% de temps) et poser des questions nécessaires, comme où vais-je tirer mon lait, suis-je obligée d’aller à toutes les réunions alors que je finis plus tôt, etc.

IMG_6921
me voici dans la petite salle où je tire mon lait

J’ai aussi profité de cette occasion pour amener le citron avec moi et faire le tour de mes collègues. Avoir Oscar avec moi m’a permis d’unifier les deux réalités de ma vie: je suis mère et je suis prof.

La semaine avant de reprendre, j’ai assisté à chacun des cours, sur deux jours.
Le mercredi, j’y suis allée deux heures l’après-midi. Le jeudi, j’y suis allée trois heures le matin. Ça m’a permis de voir (et de me présenter à) tous mes élèves, ainsi que de laisser le citron progressivement. Jusqu’alors, je l’avais emmené partout!

Le dimanche avant la reprise, je suis passée à l’école en vitesse. En trente minutes, j’ai pu sortir mes affaires d’un placard, personnaliser un peu mon bureau (notamment un cadre avec une photo d’Oscar) et écrire ce qu’il fallait au tableau pour lundi matin. Je déteste être pressée le matin!

J’ai fait une réserve de lait au congélateur
Un mois avant de reprendre, j’ai commencé à tirer mon lait et à le congeler. Ce n’était pas une mince affaire, car le citron ne loupait aucun repas et donc ce que je récoltais était bien maigre. Je n’étais pas vraiment rassurée sur les quantités. Maintenant que le citron loupe son déjeuner, je tire mon lait vers 11h30 tous les jours. J’obtiens entre 100ml et 150ml en 30 à 40 minutes, en pompant un sein après l’autre (j’aime avoir une main libre pour faire quelque chose, et je n’arrive pas à tirer aussi efficacement avec les fameux soutien-gorges à fentes qui permettent de tirer en version mains libres).

Graduellement, le Viking a proposé un peu de lait au citron dans un biberon. Je suis partie à l’étage pour ne pas le perturber par rapport à la source de la nourriture, héhé. On a pour le citron une tétine spéciale qui imite le fonctionnement du sein: il faut faire le même mouvement de succion, sinon le lait ne sort pas (à l’inverse d’une tétine classique, qui même sur du niveau 1 a un débit beaucoup plus rapide qu’un sein). Il est très lent car distrait et boit en général la moitié de ce qu’il prendrait directement à la source. Il se rattrape quand je rentre: il veut immédiatement téter dès que je passe la porte. Comme il mange bien ses purées, on ne s’inquiète pas. Il tète régulièrement et de nombreuses fois par jour, je n’ai toujours pas eu le retour de mes règles!

Je médite, notamment sur le thème du travail
J’en ai parlé il y a peu, j’ai commencé la méditation guidée. Quelques semaines avant la reprise, j’ai commencé à méditer sur le thème de la peur de l’inconnu et des relations difficiles, sans que ça soit très spécifique au monde du travail. J’ai aussi trouvé de l’aide dans la méditation sur le thème du lâcher prise; en effet, c’était difficile pour moi de me dire que le citron serait hors de ma vue pendant mes heures de travail, même s’il serait avec le Viking.
J’ai aussi pris un pass semestriel pour l’application française Petit BamBou, car les cours proposés me plaisaient vraiment. La semaine avant la reprise, j’ai commencé une méditation en 12 étapes sur le monde du travail.

IMG_6906
Ces médiations sont progressives, il faut les faire dans l’ordre car l’une débloque la suivante et ainsi de suite. Bien sûr, on peut toujours revenir aux méditations déjà réalisées, notamment sur son lieu de travail si l’on en ressent le besoin.

Je me suis organisée à l’avance
Depuis toujours, avec le Viking, on planifie à l’avance nos repas de la semaine. Ça nous permet d’être hyper efficaces au niveau des courses, mais aussi de ne pas gaspiller d’argent/de nourriture et de ne jamais (ou presque) nous retrouver dans la situation où on commande une pizza parce qu’on ne sait pas quoi faire à dîner. Nous avons par exemple une listes de tous les repas qu’on aime collée sur le frigo, et chaque week-end avant d’aller faire les courses, nous sélectionnons quoi manger. La liste est ainsi faite en fonction des repas prévus.

J’ai pris le taureau par les cornes sur d’autres niveaux, afin d’éviter de devoir perdre du temps à penser à mes repas de midi (il faut que j’amène mon déjeuner et cette année je suis de surveillance dans le lobby à midi, je n’ai pas accès à un micro-ondes pour réchauffer d’éventuels restes) ou que je me prenne le chou sur ma tenue du lendemain. Je voulais aussi être certaine d’avoir des repas équilibrés à proposer au citron chaque jour.

IMG_6911
J’ai commencé par noter une dizaine de combinaisons possibles avec mes vêtements, pour choisir facilement des tenues de travail. Là, c’est la version actuelle (fin de l’hiver, début du printemps). J’ai aussi fait une version plus estivales, même si je n’ai pas encore sorti mes affaires d’été. Il va nous re-neiger sur la tronche ce week-end, ce n’est pas encore le moment!

IMG_6910
Puis j’ai fait une liste de trucs que je peux associer pour mes bols de déjeuners. Je mets un point d’honneur à manger végétarien presque tous les midis (exception faite du thon en boite).

IMG_6909

J’ai tracé vite fait un tableau-brouillon de ma semaine, et je me suis servi des listes précédentes pour remplir les cases. Le repas de mardi soir n’a pas eu lieu: j’ai fêté mes 30 ans et nous sommes allés au restaurant japonais manger des sushis (le citron, quant à lui, a eu un petit bol de tofu qu’on a écrasé).

J’ai ensuite recopié tout ceci sur le calendrier « officiel » de la famille, qui se trouve sur notre réfrigérateur :-) J’ai finalement changé quelques trucs sur le moment, mais l’idée est là et le gros du travail est fait en amont. Les après-midis et soirées sont donc libérées et permettent de vraiment passer du temps en famille.

IMG_6907

Je vais continuer d’établir ainsi des tableaux chaque week-end, pour la semaine à venir.

J’ai planifié mes cours à l’avance
Avant d’avoir un enfant, je planifiais mes cours plus ou moins d’un jour à l’autre. J’avais du temps entre chaque classe, ma présence à l’école était plus longue, je m’autorisais souvent une pause thé/café plus ou moins longue en mi-journée… Je me retrouvais facilement avec deux heures de travail chez mois chaque soir. Contrairement à la France, ici les profs sont tenus de rester toute la journée (8h-15h dans mon collège) et ne sont pas autorisés à partir entre leurs cours. Autant profiter de ce temps-là pour corriger des copies et préparer ses cours à venir! Certains jours, comme mon emploi du temps est concentré afin que je puisse faire 9h-14h (en gros, même à 60%, car on a énormément de réunions), je n’ai pas de temps de préparation du tout car je le prends pour tirer mon lait. C’est pourquoi quand j’en ai, je l’utilise efficacement: je veux ramener le moins possible de travail à la maison pour profiter du citron et du Viking.

IMG_6924

J’ai réalisé cette espèce d’organisateur pour ma semaine. Les symboles sont plus ou moins respectés en fonction de ce qu’on fait chaque jour. Parfois, tout ne s’y prête pas. Ça me rappelle de bien prévoir des activités orales interpersonnelles ainsi qu’une production pour chaque nouvelle chose apprise.

Le plus loin dans mon planning je vais, le mieux je peux voir une progression logique des activités en classe. Cette organisation m’est non seulement utile, mais elle est bénéfique pour mes élèves!

J’ai mis de la couleur dans mon emploi du temps
C’est peut-être un peu beubeu, mais j’ai colorié grossièrement mon emploi du temps. J’en ai une copie à l’école, sur l’étagère à côté de mon bureau, et une à la maison sur le frigo. Ça change du noir et blanc qui ne donne pas très envie de faire cours!

IMG_6908

Grâce à tout ceci, ma reprise a été douce et sans crise de larmes.
Le Viking s’éclate et voudrait que chaque père qui le souhaite puisse avoir la même chance que lui de rester à la maison six semaines avec son bébé!

La chambre du citron

Ce matin, mes élèves me demandaient comment ça va (ils sont gentils!), si j’avais hâte d’être en vacances (non non je voudrais bosser jusqu’à arriver au stade de baleine) et si j’étais excitée à l’idée d’avoir bientôt le citron dans mes bras. Je leur ai alors parlé de mes insomnies légendaires, ce à quoi ils ont suggéré que je n’ai qu’à tout simplement me lever à 4h du mat’ et « faire des trucs ».  Ils ont rapidement enchainé sur les deux grandes questions récurrentes depuis l’annonce de ma grossesse (j’en déduis donc que mon temps passé dans les bras de Morphée ne les intéresse point) :
1. Madame, pouvez-vous s’il vous plait nous dire le prénom du bébé avant les vacances?
2. Est-ce que vous avez fini de faire sa chambre, et comment est-elle?

Comme à chaque fois, je leur dis que c’est secret, qu’ils n’ont qu’à m’envoyer un e-mail en juillet et que je leur répondrai avec plaisir. J’y joindrai même une photo! (y’a une élève qui a dit qu’elle s’en fichait de la photo, elle voulait juste savoir le nom…)

Quid de la chambre, alors? 
C’est en cours! On a pas choisi de thème spécifique, tout simplement parce que les décorations pour chambre d’enfant sont horriblement chères et qu’on préfère investir dans des trucs dont on a réellement besoin. J’ai longtemps hésité entre viking ou citron, j’ai épinglé un max de trucs sur Pinterest, puis je me suis rendue compte que niveau budget, ça n’allait pas le faire. Pendant mon congé maternité (6 mois, non payés) il va bien falloir qu’on continue de manger! Si on regarde un peu Pinterest, Instagram et des blogs « connus », c’est facile de se prendre au jeu de la chambre parfaite: on devient vite fou avec les réseaux sociaux et l’apparent sens de perfection qui en découle.
Du coup, on fait dans le coloré et mignon, mais on reste minimalistes.

Voilà ce que ça donne au 14 juin:
Vue d’ensemble de la chambre (je me tiens dans un coin de la pièce pour faire la photo; à ma gauche j’ai la fenêtre et à ma droite un mur de placards encastrés)IMG_4564
Le lit à barreaux vient d’Ikea. Le matelas est en cours d’acheminement, nous l’avons choisi chez Colgate, le spécialiste du matelas bébé américain.

IMG_4574
À Ikea, nous avions aussi pris ces 3 affiches, notamment parce qu’il y avait un citron dedans. On les a fixées au mur tout simplement avec des punaises transparentes. Peut-être plus tard, on essaiera de les faire encadrer (ça coute un rein).

IMG_4554Nous avons recyclé mon bureau en table à langer, avec un matelas à langer basique qui est vissé au bureau à l’arrière. La guirlande en feutrine de baleines nous a été donnée par le frère du Viking et sa femme. Je suis pas trop fan des deux crochets blancs, donc ils vont surement disparaitre au profit de quelque chose de plus esthétique.
Dans le tiroir, j’ai mis des lavettes en coton pour le change et mes coussinets d’allaitement.

IMG_4577Tout récemment, j’ai trouvé ce petit panier en plastique (c’est pour ça qu’il ne figure pas sur la première photo) où j’ai pour le moment mis le liniment et un truc d’huiles essentielles « allaitement harmonieux ». C’est ambiance gros nénés chez moi, mais ça ne garantit pas une grosse quantité de lait, du coup j’ai pris ça sur http://www.mondebio.com, au cas où.

On va mettre une photo de nous dans ce cadre jaune (je vous rassure, on va enlever la trace du prix qui est dans le coin!). On a aussi trouvé une petite poubelle turquoise et une lampe colorée sur pied.

IMG_4555Il faut qu’on installe les pare-soleils dans ma voiture (pour le moment, le citron sera transporté essentiellement dans ma voiture parce que c’est un bateau elle est nettement plus grande que celle du Viking). Cet énorme sac Eastpak, c’est ce qu’on a choisi comme sac à langer.
Je l’ai fait venir du Royaume-Uni car, croyez-le, Eastpak ne fait pas de marché direct avec les US, et je n’ai pas trouvé de revendeur! Oui je sais, cette nouvelle est un choc pour tous ceux qui étaient au lycée avec moi…
On va y ajouter un patch thermo-collant en citron ;-)
Le sac passe autant pour le père que pour la mère, ça nous sauve le dos, et surtout ça va permettre d’héberger tout notre attirail: en effet, on utilise des couches lavables, qui, en taille définitive, sont nettement plus volumineuses que des couches classiques.

Au dessus de la commode, nous avons mis un cube avec quelques peluches et doudous, et deux livres en anglais. Ce truc de Batman, et The Velveteen Rabbit (le livre le plus triste du monde!), qui m’a été offert par des collègues.

Passons maintenant au contenu de la commode! 
(On a rien mis pour le citron dans les placards, tout bêtement parce que … c’est le boxon! On y stocke des valises, des caisses, des trucs en attente d’être peints, etc.)

IMG_4558
Dans le premier tiroir il y a des bonnets, des chaussettes, des moufles anti-griffures, des bavoirs et deux tétines (conseillées par une amie en cas d’urgence de succion en pleine nuit!).

IMG_4559
En dessous, il y a des vêtements allant de 0 à 3 mois. Bodies, pyjamas, pantalons, gilets, tenues « tout en un », c’est un tiroir tellement profond que tout ce qu’il possède pour ses 3 premiers mois y rentre! J’ai tout lavé ce week-end et j’ai fini par ranger différemment, non pas par taille mais par type de vêtement.
(–> depuis que la photo a été prise, nous avons reçu des tenues en cadeau de la part de l’école du Viking, et ça y passe aussi!)

IMG_4561
Dans le tiroir du milieu, j’ai mis les couches. On a 24 couches taille nouveau-né, celles que nous avons louées, et nous avons pour le moment 4 couches taille définitive. Elles sont évolutives et suivent l’enfant de 5 kilos (je pense qu’elles font un très gros fessier à ce poids, haha) jusqu’à ses 3 ans. On a donc décidé que pour cette taille, nous ne voulions pas louer mais acheter. Les 4 ici présentes, encore emballées, sont un cadeau du frère du Viking et de sa femme.
Le machin à motif renard est un sac de transport pour stocker les couches lavables souillées. Il y a aussi un tout petit sac pour les lingettes lavables, et un très grand qui nous servira de « poubelle » à couche à la maison, qu’on va accrocher au mur près de la table à langer. Ils se lavent en même temps qu’on lave les couches ou lavettes.

IMG_4560 Dans l’avant-dernier tiroir, j’ai rangé pour le moment nos trois couvertures en mousseline  de coton (idéales pour l’été, pour faire pare-soleil ou pare-moustique, pour mettre au dessus de la coque de transport ou poussette, pour mettre son bébé sur le ventre si on est pas chez soi, etc.) et une couverture en coton plus épaisse. Vous avez pu voir des bavoirs assortis tout en haut.

IMG_4562
Pour finir, les vêtements en taille 6 ou 12 mois ont trouvé place dans le dernier tiroir, avec les draps-housse (blancs), trois turbulettes spécial été, un torchon citron que j’ai trouvé dans une boulangerie, et une écharpe de portage Moby donnée par ma belle-soeur (l’énorme truc bleu qui dépasse à droite). Elle l’avait très bien pliée, mais je l’ai dépliée pour essayer de voir comment ça se met… sauf que je n’ai ni compris comment ça se met, ni comment la replier, haha. C’est un très long pan de tissus qui varie très peu en largeur. Il faudrait que je la teste avec une poupée!
J’ai pas encore décidé ce que je vais faire avec le torchon — probablement le passer à la mère du Viking, qui tricote, coud et fait des couvertures personnalisées.

Quant au prénom, alors … 
Nous avons acheté une lettre en bois pour l’initiale de son prénom, que nous allons mettre sur la porte. J’ai fait exprès de ne pas la montrer en photo, mais je vous donne un indice: son prénom commence avec l’initiale du prénom d’un de mes grand-pères (c’est un hasard).
L’un étant Othon et l’autre Henri, ça peut vous faire travailler le cerveau pour les 5 semaines à venir!

PS: si vous devinez, nous ne vous dirons pas que vous l’avez trouvé :-p 
PS 2 : les deux/trois personnes sur qui nous l’avons « testé » sont priées de ne pas frimer, haha 

 

Le bureau qui avait disparu

Screen Shot 2015-09-07 at 12.44.41 PM

Il avait déjà disparu, ce coquin, à la fin du premier trimestre. Il m’avait refait le coup à la fin du deuxième et du troisième. Mais, c’est qu’il est tout joueur, ce bureau! Quel chenapan! Il se rit de moi quand je le cherche partout et qu’à la fin, je le retrouve sous des monts de papiers et autres bricoles. Voyez notamment les multiples tasses et autres bouteilles en passe de tomber par dessus bord. Bon ho, c’est de l’eau hein. Ou du café. Ou du thé. J’aime la variété :-P
Mais là, à une semaine de la fin officielle de l’année scolaire, il a redoublé de malice. Et mes goûters, je les prends où exactement?!
Je le retrouverai à l’arrêt du quatrième trimestre, jeudi en 8. Et c’est avec plaisir que je le laisserai se reposer de ses fréquentes blagounettes pendant dix semaines. C’est pas tout, mais il faut que j’aille corriger des copies…