Maryland and Pennsylvania Highlights

Tout naturellement, après la visite de la famille s’en est suivi un voyage pour voir des amis! Nous sommes allés à Baltimore, dans le Maryland, là où mon expatriation a commencé en 2009. Malgré la réputation que celle ville peut avoir (Homicide, The Wire…), j’y ai vécu en ville plusieurs années, dans deux quartiers différents, et je m’y réinstallerais volontiers. Je trouve un cachet fou à celle qu’on surnomme à juste titre Charm City, avec ses maisons mitoyennes historiques et cette brique rouge absolument divine (oui, je prenais le métro seule, oui je prenais le tramway seule, et non je ne me sentais pas en danger!). Nous avons emmené le citron manger du crabe à Fells Point (quelle fierté quand il en redemandait, alors que les parents de la table voisine ont commandé les nuggets pour leurs enfants), nous sommes allés au zoo de la ville voir les girafons qui viennent de naître, et puis nous avons bien-sûr passé du temps (mais toujours trop peu!) avec mon amie Pauline et son mari, qui vivent en Pennsylvanie. On essaie de se voir au moins une fois l’an depuis que j’ai déménagé, mais en 2016 ça n’était pas possible car j’étais, hum, juste un tout petit peu enceinte à craquer, haha.

Evidemment, c’est loin, surtout avec un bébé de presque un an. On a fait la route en deux fois, dans les deux sens. J’en ai chanté des chansons en boucle, passé des jouets et des livres, donné des seins sur les aires d’autoroute. Et malgré un Oscar geignant à l’arrière alors qu’on était coincé dans quelques bouchons au moment de traverser New York, le Viking et moi nous disions que ça en valait drôlement la peine. Nous ne sommes vraiment pas la famille qui ne fait rien pendant cinq ans après avoir eu un enfant. Mais j’allaite, nous avons un grand coffre, des connaissances un peu partout, et beaucoup de patience — on est évidemment parti avec nos couches lavables — ça aide!

Je vous laisse avec la maison de mes rêves…

IMG_8129

 

Transmission interrupted

Vendredi dernier, après que le Viking a passé un entretien d’embauche pour une école privée, nous avons pris la route dans mon petit bolide. Huit heures plus tard (ici c’est rien, rapport à la taille du pays), nous sommes arrivés chez Pauline et Gene, que je n’avais pas vu depuis juin dernier!

Nous avons passé un excellent week-end de trois jours chez eux, et je vous le donne en mil: quand on va quelque part, il faut évidemment repartir. Triste de devoir quitter ma Pau que je ne reverrai pas avant plusieurs mois, je demande au Viking de prendre le volant pour la première partie. C’est ainsi, le coeur lourd et la voiture chargée d’une bibliothèque Amish — achetée au Kitchen Kettle Village où Pauline nous a emmené samedi pendant que son mari travaillait — du barbecue et de la valise dans le coffre, des trucs à grignoter entre les sièges, que le Viking manoeuvre pour sortir de leur quartier et grimper sur l’autoroute.

D’un coup, il me dit, « Chérie, la voiture roule bizarrement. » J’acquiesce, y’a comme un bruit louche.
Soudain, les aiguilles sur le tableau de bord font des bonds et je sens le dessous de mon siège vibrer. Je me redresse, paniquée. « Arrête-toi », je dis, mais le Viking répond « Non c’est bon, là, c’est reparti normalement. »
Évidemment, c’était pas bon du tout, puisque cette guiche de voiture nous a refait le coup une dizaine de fois.
Après maintes de mes « je ne crois pas que ce soit bon qu’on continue de conduire » et le Viking de renchérir « mais on ne peut pas s’arrêter au milieu de l’autoroute non plus », on trouve un parking. Le parking du MacDo, pour être exacte. Le Viking se glisse en dessous et, dans un cri de joie et de soulagement, dit « Ah bah, c’est normal! Le pot d’échappement et le catalyseur ne sont plus attachés! Je pense que je peux le rafistoler avec un cintre. »
C’était un jour férié — non mais parce que c’est quand même trop simple quand une couille t’arrive un jour ouvré, hein — mais vive les US où tout est toujours ouvert, on a trouvé un Dollar Tree (une quincaillerie où tout est à 1 dollar ou presque). Pas de cintre, le Viking attrape une corde et des bobines de fil de fer, se re-glisse sous la voiture et rattache le biniou en quinze minutes. Il n’a pas le surnom de Viking pour rien! Pendant ce temps, je fais le guet aux alentours pour éviter qu’un crétin ne lui roule sur les pieds qui dépassent donc de dessous la voiture.

Soulagés, on ressort du parking. Plus que 5 heures 30 avant d’arriver chez nous.
C’est alors qu’on entend un gros KLONG. La construction maison n’était pas assez solide! Le Viking s’y remet et dit « Coupe-moi un grand bout de corde, s’il te plait. » Je savais bien que mes ciseaux à poils de nez allaient être nécessaires pendant ce voyage! Nous reprenons donc la route.

Coincés dans les bouchons (nous avons fait 10 miles en deux heures), mes pieds sur le tableau de bord, j’essaie de dormir. Le Viking me réveille: « Tu peux regarder dans le manuel? Ça veut dire quoi quand le témoin ABS est allumé? »
Je cherche et lui donne la réponse. On a un petit peu l’impression que cette voiture se fout de notre gueule… Elle vient de passer le contrôle technique!
Quand les bouchons se dissipent, les aiguillent se remettent à bondir. Tantôt la voiture ne passe plus les vitesses, tantôt elle les passe sans qu’on ne lui en donne l’ordre. Nous faisons le bruit qu’un jeune de 15 ans ferait avec son scooter pour impressionner une fille, c’est mauvais signe.

Après que j’ai pleuré sur la pelouse d’une station essence (j’avais cherché sur Google des témoignages de soucis de transmission et du prix éventuel que les réparations peuvent couter — ne JAMAIS chercher quoi que ce soit sur Google quand vous êtes dans une voiture qui ne roule pas correctement, surtout si vous n’avez pas de mouchoirs sur vous) et que le Viking a passé quelques coups de fils, nous avons décidé qu’il serait plus prudent de dormir sur place et de voir un garagiste le lendemain.

Une nuit de motel plus tard, le garagiste nous fait alors savoir que la voiture manque de fluide de transmission: ce truc là, c’est tout ou rien, soit y’en a assez, soit t’es grave dans la merde et quand tu t’en aperçois tu as déjà abîmé ta caisse. Il ne peut pas démonter la bête au risque qu’on ne puisse pas rentrer chez nous avant le weekend suivant, et nous conseille alors de « voir comment la voiture réagit » avec le fluide ajouté.

Devinez? La voiture a bien réagit la première heure. C’est comme un élève de collège un vendredi, il ne faut pas trop lui en demander.
Nous sommes arrivés chez nous juste avant la fermeture d’un mécanicien spécialiste en transmission, qui à l’écoute de ma description a fait la grimace. Il va faire les tests nécessaires. Aujourd’hui, je suis allée au travail avec le voisin, et j’en suis rentrée en bus.

En dehors de ça, le weekend avec les Davis était top, entre le village Amish, le champ de bataille de Gettysburg, les barbecues dans leur jardin et les films dans le home-cinéma de Gene. La prochaine fois, on y retourne avec la voiture du Viking. Ça me laisse 3 mois pour me décider à conduire une boite manuelle!