Identité? Française.

À force d’absence, un jour, je n’aurai plus aucune racine. Etre expatriée, c’est être loin de son pays et des siens, pour les événements heureux comme pour les tragédies. C’est, avec le temps, ne plus faire partie des grands tournants que son pays a pris. C’est assister, impuissante et silencieuse, aux chemins empruntés. C’est être amputée d’une réponse au besoin de faire son deuil parmi les siens. Se retrouver seule à des kilomètres à la ronde à détenir un certain passeport et les valeurs qui vont avec. Etre la seule à faire face aux collègues, avec leurs regards pleins de pitié et de gentillesse, avec leurs questions bienveillantes, mais qui, au fond, ne comprennent pas vraiment. C’est une affliction identitaire, revenir un jour et se sentir étrangère sur son propre sol, c’est ne plus savoir d’où l’on vient. N’être qu’une vulgaire spectatrice de sa démocratie. À quel drapeau appartiens-je, où est ma place? Plus rien n’a de sens et ma valise me démange.

j'ai pris cette photo en 2011, au Newseum de Washington DC
j’ai pris cette photo en 2011, au Newseum de Washington DC