Le tag parental « mes enfants et moi »

  1. Combien as-tu d’enfants?
    Et parle-nous un petit peu d’eux, leurs prénoms, leurs âges, si tu le souhaites…J’ai un enfant. Mon fils, Oscar, est né fin juillet 2016. On le surnomme surtout « le citron », depuis déjà avant sa naissance, mais on a d’autres petits noms pour lui: le chou, chou bébé, Chewbacca, choubidoubidou (chanté sur l’air de Scoobidoo), chou bear, boo bear, bébé booboo, bébé d’amour, le chéri de maman, le boo de papa, général tso (oui oui, comme le plat chinois, lol), et j’en oublie surement.

     

  2. Qui d’autre fait partie du foyer?Le Viking, mon mari (qui s’appelle en réalité Luke), et Alwaan, le chat femelle que nous avons adopté en France fin 2013.
  3. Qu’est-ce qui te manque le plus de ton ancienne vie sans enfant?Pouvoir faire des trucs sur un coup de tête.
    Depuis la naissance du citron (en réalité, depuis ma grossesse, puisque c’était une grossesse difficile et avec complications), tout ce qu’on fait requiert un maximum d’organisation, de préparation, et un gros sac rempli de trucs dont on pouvait avoir besoin. On ne peut plus se dire le samedi matin à 8h40 « tiens si on allait à tel endroit pour prendre le petit dej? »
  4. Qu’est-ce qui, dans le quotidien, a été pour toi le plus gros changement lorsque tu as eu ton premier enfant?Bon là, il y a deux trucs.
    a. Alors, ça va paraitre bizarre, mais… j’ai pu recommencer à… dormir!
    Car oui, je dors tellement mieux depuis la naissance du citron que pendant ma grossesse, qui n’a été que 9 mois d’insomnies! Le citron dort par tranches de 4 heures, avec une tétée entre chaque. Je pense que si on déduit le temps de préparation, de me rendormir, les moments avec le Viking où on lit dans le lit, et tout et tout, je me fais des nuits de 7 à 8 heures.
    b. Le ralentissement des tâches.
    Tout ce que je commence dans la maison doit être systématiquement mis en attente, et ce que je veux faire est repoussé au moins 3 fois sur 4. Ce que je faisais avant en 30 minutes, par exemple, va me prendre 6 fois 5 minutes, réparties sur plusieurs jours… Quand y’a pas tout plein de trucs qui trainent au sol, le Viking dit « wouah, c’est tellement bien rangé et beau chez nous » en rentrant du travail, hahaha.
  5. D’ailleurs, au quotidien, on a plein de petits rituels avec nos enfants. Et si tu nous en racontais un?Le matin, je fais toujours la même chose avec le citron: manger, lecture, et « tummy time »!
    Je le désemmaillote dans son lit et je l’observe s’étirer, parce qu’il est trop mignon quand il le fait! Ensuite je le prends, je lui dis combien je suis contente de le voir, que je l’aime plus que tout, et je le mange de bisous. Puis direction la table à langer, où je change sa couche mais je le laisse en pyjama. On descend et je lui donne le sein sur le canapé. Ensuite je le mets dans son transat et je prends mon petit-déjeuner et mon café face à lui. S’il s’est rendormi, j’attends qu’il se réveille pour aller l’habiller. S’il est réveillé, je le pose sur mon lit pendant que je m’habille, puis je l’habille à son tour. On redescend au salon pour le moment lecture. Je m’assieds au sol face à lui et je lui lis une histoire. Puis je mets une couverture au sol et je le mets sur le ventre, avec sa peluche élan à côté. Au bout de deux ou trois minutes, il est frustré donc je le retourne et là il continue de « parler » avec son élan.
  6. Mère louve, papa poule, maman tigresse, quel animal la parentalité fait-elle ressortir en toi?Quand j’étais enceinte, j’étais un animal. Ça n’a pas changé avec la naissance du citron! Le Viking m’appelle « mama bear », ou maman ours. Je suis très protectrice et en dehors du Viking, je n’aime pas que quelqu’un touche mon bébé. J’ai du mal à le passer pour qu’on le porte, même à ses grand-parents et à son oncle (le frère du Viking; il n’a pas encore rencontré mon frère) ou sa tante, qui pourtant ont un enfant et demi!  C’est très simple, je n’ai pas confiance. Si quelqu’un le porte un peu, je ne vais même pas aux toilettes! Il est encore très très petit et personne ne le connait mieux que nous deux, donc je me dis que les autres ne vont pas aussi bien y faire. Or, c’est ma merveille donc il mérite le meilleur…
  7. Sur quel sujet admets-tu être un tantinet excessive avec tes enfants?Là aussi, plusieurs choses:
    a. les horaires. Je suis convaincue que les enfants ont besoin d’une routine, ça les rassure. J’essaie donc de donner une constance à mes journées avec le citron, et si quelqu’un vient nous perturber, ça ne passe pas du tout. Je refuse systématiquement toute visite pendant la semaine.
    Alors évidemment, il y a des rendez-vous médicaux auxquels il faut se rendre, et ça m’agace au plus haut point parce que le reste de la journée, le citron est perturbé: il n’aura pas mangé exactement quand il avait faim, il se sera réveillé dans un environnement inconnu, bref ensuite on galère jusqu’au moment du coucher!

    b. la santé. Je demande aux gens de confirmer qu’ils n’ont pas le rhume, de se laver les mains avant de le prendre, et de ne pas lui toucher le visage ni ses mains à lui (il les met en bouche). Moi ça me parait évident (et ce sont aussi les recommendations des pédiatres), mais ça ne coule pas de source pour tout le monde et c’est vrai que je vais faire ma chiante la dessus.

    Nous avons aussi exigé que chaque visiteur ait fait son rappel du vaccin anti-coqueluche, au minimum 15 jours avant de passer. Il y a des foyers infectieux dans l’état, donc même si la personne a été vaccinée il y a deux ans, et même s’il s’agit de quelqu’un qui ne vit pas dans le coin, je suis intransigeante.

    Et une dernière mais non des moindres, ma bête noire et mon grand combat depuis toujours, j’ai nommé la cigarette. On sait depuis bien longtemps que le tabagisme passif, qu’il soit du 2ème degré (fumer à côté d’un bébé, à l’extérieur comme à l’intérieur) ou du 3ème degré (un fumeur qui porte un bébé a des particules sur son pull, ses mains, et dans son haleine, ou simplement une maison ou une voiture dans laquelle on a fumé mais qui a été aérée — car non, ça ne s’en va pas, même en faisant le ménage et en passant l’aspirateur!) est extrêmement dangereux pour un enfant. De l’augmentation de toutes sortes de maladies à un risque accru de mort subite du nourrisson, en passant par des problèmes dentaires comme le montrent les études récentes, c’est beaucoup trop sérieux pour faire la sourde oreille.
    Et j’étais déjà comme ça enceinte: saviez-vous qu’on retrouve des substances carcinogènes et de la nicotine dans les cheveux d’un enfant 5 ans après avoir été exposé à la fumée de cigarette pendant la grossesse?!
    Dans mon coin, il y a par chance très peu de fumeurs et nous n’avons aucun ami qui fume. Mais ça reste un gros problème car la famille française du citron est majoritairement fumeuse. On en a beaucoup discuté avec le Viking quand j’étais enceinte et on s’accorde à dire que, là encore, on sera intransigeant.

  8. Choisis 5 adjectifs pour décrire chacun de tes enfants.Glouton, curieux, câlin, ronfleur, du matin.
  9. Sur quel trait physique ou moral tes enfants te ressemblent-ils le plus?Physiquement, le citron me ressemble beaucoup. À part la couleur de ses yeux (il les a encore bleus) et de ses cheveux (plus clairs que les miens au même âge), il a exactement la même trombine! La forme du visage, la forme des yeux, le menton un peu rentré, le nez, la bouche, bref presque tout est de moi. Alors que quand il est né, c’était le portrait craché du Viking, avec simplement les cheveux moins blonds.
  10. À propos de quoi râles-tu le plus souvent après chacun de tes enfants?
    Je ne râle pas; le citron a un comportement tout à fait normal de bébé de presque deux mois, donc il n’y a rien à redire.
  11. Quelle est la dernière petite ou grosse bêtise de chacun?De même que la question précédente, Oscar ne fait pas (encore) de bêtise.
  12. Et quelle est ta dernière bêtise les concernant?En début de semaine, je ne me suis pas rendue compte qu’il pleurait parce qu’il avait froid. Ça m’a pris des heures de réaliser que si moi je caillais avec une couverture polaire au lit, lui avec son pyjama en coton et un sac d’emmaillotage tout fin, il se les gelait! Donc je continuais de le bercer et de lui dire « il faut dormir maintenant, maman et papa n’en peuvent plus » comme une débile. Du coup, personne n’a dormi plus de 2h cette nuit-là…
  13. Quelle est la dernière fois où tu t’es sentie fière de chacun de tes enfants?Chaque soir quand je lui donne ses gouttes de vitamine D, je trouve que c’est un champion. J’ai testé, c’est absolument dégueulasse, mais il doit en prendre une pipette complète (on a pas trouvé celles qui sont juste une goutte que la maman peut se mettre sur le téton) et il ne rechigne pas!
  14. Et la dernière fois où tu as eu les nerfs?Il y a quinze jours, juste avant qu’on passe aux couches de la taille supérieure. On avait encore les lavables taille nouveau-né qu’on a louées, et on ne s’était pas rendu compte qu’elles étaient trop petites et plus du tout assez absorbante pour le citron. Il y a eu un jour où je devais lui mettre une tenue différente toutes les heures tellement il faisait pipi et caca et que ça passait au travers. J’avais les nerfs non pas à cause du citron (il n’y peut rien, il ne met pas sa couche lui-même) mais parce que je me demandais ce que je pouvais bien faire de faux quand je lui mettais ces p*tain de couches.
  15. Qui tagues-tu à ton tour?Tout d’abord, j’ai plein de copines qui ont des enfants mais je ne sais pas si elles sont d’accord que je dise leurs noms, donc j’espère que chacune se reconnaitra!
    Et ensuite, tout parent qui le souhaite! Si vous avez des enfants, ça m’intéresse vraiment de lire ce que vous avez à dire!
    Que vous ayez un blog ou non, que vous vouliez répondre à toutes les questions ou simplement une ou deux, allez-y! Vous pouvez autant partager dans les commentaires qu’y mettre le lien de votre site web :-D

 

Ce tag vient de la chaine Parentillages, une chaine youtube tenue par une mère qui parle du quotidien de son enfant.

Oscar’s day of firsts

Lundi dernier, c’était Labor Day, la fête du travail américaine.
En dehors de la rumeur qu’il ne faudrait plus porter de blanc après cette date, c’est aussi le weekend qui, dans le nord-est, marque officieusement la fin de l’été (officieusement ouvert avec le weekend de Memorial Day); en effet, la rentrée des classes se situe une à deux semaines avant.

Nous en avons profité pour faire un petit tour juste une heure et demie au nord, dans le New Hampshire, et manger encore en terrasse. C’était réellement sympa pour moi de déjeuner et diner à l’extérieur parce qu’enceinte, je ne supportais ni le soleil, ni les moustiques!

Quant au citron, c’était sa première vraie sortie: jusqu’alors, nous nous étions contentés de suivre les recommendations des pédiatres. Avant 6 semaines, on évite au maximum les sorties —> il avait vu le pédiatre, il avait vu le supermarché (enfin, il avait pioncé dans l’Ergo Baby!), mais il n’avait pas vu les montagnes!

Naïfs et plein d’espoir que nous étions, nous voulions voir des arbres déjà orange et rouges: pas d’bol, il faisait encore bien vert au nord, cet été se traine. (EDIT: ça fait 3 ans que je dis « ce n’est pas normal », mais si ça fait 3 ans, c’est normal!).

img_2135

Nous avons commencé par la petite ville de Lincoln, qui n’existe quasiment pas en hiver. Elle est située au pied des montagnes blanches, qui sont trop dangereuses enneigées donc personne n’y passe. Du printemps à l’automne, en revanche, elle accueille les randonneurs qui font le Appalachian Trail (AT), chemin de plus de 2000 miles de long qui traverse les montagnes Appalaches sur 14 états. Elle accueille aussi les touristes qui viennent en montagne pour la journée et les membres d’équipe qui travaillent dans les huttes qui desservent l’AT (ils ne descendent pas pendant plusieurs semaines).
(EDIT: le Viking a travaillé plusieurs étés dans ces huttes, il m’y a d’ailleurs emmenée pour une nuit il y a quatre ans, mais lui, quand il descendait après des semaines coupé du monde, il n’en avait rien à faire d’aller dans un mignon petit café, il allait chez McDo pour utiliser le wifi!) 

J’ai laissé l’appareil photo dans la voiture, mais nous avons « déjeuné » (il était 15h30, haha) en terrasse. Non seulement c’était la première terrasse du citron, mais aussi sa première sortie dans un café, et qui plus est avec un musicien qui nous faisait la sérénade. Il a dormi tout le temps dans sa poussette, avec le petit voile de mousseline au dessus.

Nous avons repris la route en direction du parc naturel Franconia Notch, une encoche entre les chaînes de montagnes. Il y a des lacs et des plages, des chemins de randonnée, des aires de pique-nique, etc., bref plein de belles choses à admirer.

img_2102

img_2105

Nous nous sommes d’abord arrêtés sur une aire de pique-nique: il était temps de changer la couche du citron, et de le nourrir. C’était donc sa première couche changée sur une table de pique-nique, et sa première tétée à l’air libre! 
Pendant que je lui donnais le sein, il y a un mec qui s’est approché. Il cherchait sans doute un endroit où se poser quelques instants, mais quand il a vu ce que je faisais, il est reparti aussitôt! Mes nichons ont tendance à faire peur aux gens…

img_2109
et là je me suis faite piquée par une saleté de moustique sur la main et les chevilles!

Nous avons fait une promenade un peu plus loin, sur un chemin goudronné puisque nous étions en poussette « de ville »…

img_2120

…puis nous avons pris un sentier qui menait à un lac. C’était le premier lac du citron!

img_2127

On peut s’y baigner, mais il faisait frais donc il n’y avait personne dans l’eau, sauf un gars qui faisait de la pêche à la mouche.

img_2131screen-shot-2016-09-10-at-5-33-45-pm

img_2132

img_2140

Nous avons fait demi-tour quand nous avons vu que nous n’irions pas bien loin avec notre poussette sur le sable humide… #lafamillegroseillepartàlaplage

img_2139

img_2161

Franconia Notch se situe dans la région qui abrite le Vieil Homme de la Montagne, vous savez cette fameuse facade de montagne qui ressemblait au profil d’un homme. J’en parle au passé parce que, le pauvre, a perdu la face (hahaha!) il y a quelques années…

Nous avons poursuivi notre chemin jusqu’à Littleton, une autre ville mignonne du New Hampshire.

img_2164

 

img_2168
des gens font une visite guidée de la ville, d’où les guides en costumes d’époque

img_2170

img_2172

img_2174
le citron se laisse bercer par les vibrations de la poussette


Le Viking voulait aller dans sa boutique de guitares favorite, mais il se trouve que le samedi, elle ferme à 17h. Nous nous sommes rabattus sur une boutique de confiseries, qui comporte une énoooorme quantité de bonbons à acheter en vrac. C’était la première fois que le citron voyait autant de bonbons!

img_2186
la photo ne montre pas l’amplitude de ce mur!

Cette boutique est très axée élan, puisque c’est un animal symbolique du New Hampshire (du Vermont aussi), et, bien sûr, sirop d’érable. Alors évidemment, ce n’était pas la première fois qu’Oscar voyait un élan, puisqu’il en a un en peluche qu’il vénère et à qui il donne tout ses « euuh » et « aaah ». Maman et papa? Que d’chie!

img_2177

img_2182

img_2183
le bonheur…

Paie ta tête d’élan empaillé!

Nous avons ensuite découvert qu’une brasserie drôlement sympa avait ouvert ses portes l’an dernier au bord de l’eau.

img_2193

Nous avons dîné là, en terrasse. Autant en profiter, puis je me suis dit que ça serait nettement moins bruyant pour le premier dîner au restaurant du citron, mais aussi que ça allait me permettre d’être plus à l’aise pour sa première fois à être allaité en public (en plus, à l’intérieur, il faisait horriblement chaud).

Je n’ai pas de problème à sortir un sein, on y voit presque rien! Je prévois le coup en mettant une chemise qui se déboutonne, pour éviter de tout enlever, avec un soutif ou un débardeur d’allaitement en dessous. Ça peut se faire d’une seule main, l’autre étant occupée par le bébé. Ce n’est que l’espace de quelques instants qu’on peut entr’apercevoir un peu de chair.
Mais j’avoue que, même s’il y a ici une loi qui protège l’allaitement en public, j’appréhende le jour où une personne un peu coconne viendra me harceler… parce que non, je n’allaiterais pas avec une couverture (vous avez déjà vu un adulte manger sous une couverture? non, bon alors…), ni dans la voiture et encore moins aux toilettes. À ce que je sache, quand j’ai un creux, je dégaine une barre de céréales sans aller me cacher pour la manger, donc je considère que pour mon fils c’est pareil.
En fait, j’ai peur de ma propre réaction: je n’ai pas de répartie sur le coup, je ne sais pas toujours bien me défendre, j’ai peur d’être stressée et de le transmettre à Oscar.

Ce premier allaitement public s’est en fait très bien passé! Les serveuses étaient adorables et ont attendu pour faire venir la nourriture, et personne n’a fait de remarque.
En revanche, le premier change sur une table à langer dans une toilette de restaurant… hum, comment dire, était-ce vraiment le jour qu’il fallait choisir pour faire pipi partout?! Juste après une explosion de caca?! Et était-il nécessaire au restaurant de mettre le chauffage à fond dans les chiottes?!

Je suais comme un veau, jonglant entre laisser une main sur le citron qui hurlait à la mort et faire tenir le sac à langer en équilibre sur le bord de la table, tout en y cherchant une tenue propre. Et dans mon élan, j’ai renversé le tube de liniment. Évidemment.
La prochaine fois, c’est le Viking qui s’y colle :-P
Comme il n’y avait qu’un seul wc (qui faisait femmes et familles), des gens commençaient à faire la queue devant la porte. Je ne voulais donc pas revenir parce que j’avais terriblement envie de faire pipi… j’ai fait pipi avec le citron sur mes genoux. Et oui. La mère parfaite n’existe pas.

Nous n’avons pas mangé en quatrième vitesse, mais nous n’avons pas pris tout notre temps non plus. Le citron, fatigué de sa grosse journée, commençait à s’impatienter.
On l’avait bien couvert et j’avais mis la moustiquaire de poussette en place, mais je ne sais pas pourquoi, j’avais quand même les boules qu’une araignée lui monte dessus… On ne se refait pas! Il a dormi les 90 minutes du retour, et moi, pour la première fois depuis sa naissance, je me suis détendue et je me suis ré-installée à l’avant de la voiture, à côté du Viking. Là, on s’est tenu la main et on s’est dit comme des neuneus que, quand même, on avait bien de la chance d’avoir passé une si chouette journée.