Voyager en avion avec un bébé

À l’occasion de Thanksgiving, nous sommes allés rendre visite au frère du Viking et à sa famille. Ils vivent dans le Colorado, à trois quarts d’heure de Denver. Pour vous situer, voici une p’tite capture d’écran de chez Google Maps ;-) Grâce aux vents forts, nous n’avons en réalité mis « que » 4h de vol pour atteindre notre destination!

Screen Shot 2017-11-27 at 3.03.44 PM

Nous sommes partis vers 3h30 du matin — nous décollions de Hartford, CT, afin d’avoir un vol direct et d’éviter la cohue de l’aéroport de Boston (la distance est à peu près identique), c’est pour ça que vous ne voyez pas le point de départ dans le Vermont sur la carte.

C’était le premier vol du citron. Notre inquiétude n’a été égale qu’à la quiétude du voyage: le citron a été un vrai champion!

En partant de chez nous, nous l’avons sorti du lit, enroulé dans une polaire pour braver le froid jusqu’à la voiture, installé dans la voiture et hop, il a continué sa nuit ni vu ni connu. Comme il y avait un accident de camion de sapins de Noël sur l’autoroute (ça ne s’invente pas), nous sommes arrivés à l’aéroport sans une minute à perdre et nous avons embarqué les derniers des derniers… heureusement qu’on ne mettait rien en soute!

Le citron avait passé une bonne nuit complète, il était en forme pour le vol. Nous lui avons donné un petit déjeuner puis il a joué sur nos genoux et s’est promené un peu dans l’allée avec le Viking. La tablette du siège, c’est un excellent divertissement pour un enfant de 16 mois, de même que la pochette à magazines: sortir les magazines et les y remettre, c’est un jeu sans fin! Bon, il y a bien eu un moment où il a tiré les cheveux de la dame devant nous (elle n’a rien dit), tout comme au retour il a voulu prendre le chapeau du monsieur qui dormait devant moi, haha. À chaque vol, il s’est fait pote avec les gens de derrière et la dame qui était dans l’allée d’en face, surtout celle du retour parce qu’elle mangeait une salade: fascination garantie.
(ce sont des vols où on peut ramener sa nourriture — il y avait à vendre des espèces de snacks pour ceux qui, comme nous, arrivent au moment où les portes ferment) 

IMG_9328
la fille au hublot lisait sur sa tablette

Au retour, nous volions de nuit. Après quelques hurlements à la porte d’embarquement
— où, j’en suis certaine, tous les autres passagers nous ont maudit jusqu’à 3 générations —
nous nous sommes rendu compte que le citron avait tout simplement soif. Un petit peu d’eau et c’était reparti, tout s’est également très bien passé. Il a joué la première heure puis il s’est endormi sur moi jusqu’à l’atterrissage.

Aucun problème d’oreille à signaler: il faut dire que c’étaient des vols assez courts (+ un vol est long, + vous êtes sec des voies respiratoires, + vous risquez d’avoir mal) et que nous volions assez bas comparé à un vol transatlantique.

Mais passons aux choses sérieuses:

Qu’est-ce que j’avais mis dans le sac du citron? 

 

Bien sûr, on avait pris cet énorme sac qui était notre sac à langer quand le citron était un bébé-bébé et qu’on trimballait dix couches lavables pour une sortie de deux heures mais maintenant on ne l’emmène qu’en voyage parce que franchement? Ce sac est énoooorme. J’ai l’air d’une tortue sous-alimentée avec ce truc sur le dos! Dans la vie de tous les jours, soit on ne prend pas de sac à langer (oui, j’aime vivre dangereusement, vas-y que j’te balance la couche dans mon sac à main et on en parle plus!) soit on prend un sac beaucoup plus petit.
On voyageait avec le citron sur les genoux, donc il n’a pas droit à son propre bagage mais il a quand même droit à un sac à langer, ils ne sont pas fous non plus chez les compagnies aériennes.

IMG_9455
Dans la pochette de devant, j’avais mis une paire de chaussettes en rab, des lingettes désinfectantes pour la tablette, un « sac » de mouchoirs qui a carrément un bouton pression donc on peut l’accrocher au siège de devant (c’est top moumoute, merci Kleenex), des médicaments adulte et enfant (angoisse de la soudaine drisse en plein vol, amis de la poésie bonsoir).

IMG_9456

Dans le premier compartiment, il y a avait une couverture d’avion qui peut aussi servir d’écharpe, un change complet pour le citron, ainsi qu’un change complet pour moi. J’ai du m’en servir: on a pas eu le temps de changer la couche du citron avant d’embarquer et ensuite il fallait attendre qu’on soit suffisamment stable en l’air pour aller aux toilettes… or le citron avait la même couche depuis la veille au soir et mon slim noir y est passé. J’avais prévu un legging et une robe-sweat, je me suis auto-congratulée. On ne les voit pas sur la photo parce que j’écris cet article au retour ;-)

IMG_9459

Dans le grand compartiment, j’avais mis le petit sac à langer (la pochette dinosaure), qui elle-même contenait le matelas à langer, quelques couches Honest et la petite pochette renard avec un tube d’huile de tournesol* et des carrés de coton à l’intérieur. J’ai tout centralisé pour faciliter le truc.
On a emmené une dizaine de couches lavables avec nous mais pour éviter de devoir stocker les sales en plein vol, on avait pris des couches jetables pas trop dégeu.
Je précise que les deux pochettes sont étanches. C’est Planet Wise qui fait ça, on en a tout une flopée de différentes tailles, je ne pourrai jamais assez en dire du bien!

IMG_9463

IMG_9465

Dans le grand compartiment, j’avais également mis une pochette pleine de jouets, dont quelques trucs nouveaux pour bien susciter l’intrigue et étendre le temps d’intérêt.
La pochette évite de tout paumer en transport ou de chercher un truc qui serait tombé au fond du sac. Ce qui a super bien marché c’est… l’amas de post-it! Ce sont ceux qui sont hyper collants (quasi tout le carré, pas juste le bord du haut) et donc on les collait sur le siège pour amuser le citron, puis le Viking s’en collait au visage, etc. J’avoue qu’on a pas dégainé la balle rebondissante en plein vol mais, en revanche, George le singe a fait quelques bonnes cascades sur la tablette amovible!

C’est aussi dans ce compartiment que j’avais mis un grand sac avec de la nourriture: des barres de figues pour nous, des barres « de céréales » pour Oscar, des gourdes de smoothies, des gourdes de porridge, une brique de lait, un « stick » de fromage, etc. Sachez que vous n’êtes pas sujet aux mêmes limites pour les liquides pour les bébés que pour les cosmétiques personnels.

IMG_9462
Dans le compartiment informatique, j’avais mis quelques livres et un album photo, l’élan Mortimer (il a un anneau d’accrochage, c’est pratique) et l’ourson Arsène.

Le porte-bébé, un indispensable des couloirs d’aéroport
On allait pas voyager avec une poussette — ma belle-soeur et mon beau-frère en ont une flotte incroyable — mais l’Ergo Baby nous a accompagné dans les transports. Si vous avez un peu de marche à faire pour trouver votre terminal ou votre porte, voire prendre une navette style métro comme c’était notre cas, rien de mieux que ça. Le support au niveau des hanches est top; je porte encore le citron devant (il n’aime pas être sur le dos) et je ne sens pas le poids!

Bon à savoir
* Pour les vols internes aux US, les enfants de moins de 18 ans ne sont pas tenus d’avoir un papier d’identité —  c’est une bonne idée, cependant, d’avoir leur certificat de naissance sur vous.
* Avec United (qu’on a pris pour avoir un vol direct et parce que les grand-parents nous donnaient des Miles, ce n’était pas par conviction sur leurs bonnes manières…) la personne qui a un enfant de moins de 24 mois sur son billet d’avion est automatiquement considérée comme TSA Pre-Check : tu ne te désappes pas, tu n’as pas besoin de sortir ta pochette de cosmétiques ni tes affaires électroniques, tu passes dans la file la plus rapide, tu n’as pas besoin de sortir le bébé du porte-bébé, etc. À mon avis, ça vaut le coup même quand on a pas d’enfant de faire partie de ce programme!

Et la visite?
Nous ne sommes pas restés très longtemps pour cette cousinade de Thanksgiving. Vous imaginez bien qu’avec 3 enfants de moins de 3 ans qui font des siestes à horaires différents, nous n’avons pas fait grand chose, mais je vous mets quand même quelques photos:


(je précise que les visages sont cachés pour préserver l’intimité des gens qui n’en ont rien à battre que je raconte ma vie sur un blog :-D )

17-11-22.CO (25)
me voici donc avec mon change d’avion (+ ma veste matelassée + mon sweat à capuche = excellent combo de voyage et accès facile aux nichons si vous allaitez!)

 

Screen Shot 2017-11-27 at 4.16.47 PM.png
le dîner de Thanksgiving

 

Le citron sur le rocking-chair du cousin, au parc de jeu et intrigué par les boules de Noël de ma belle-soeur.

17-11-23.CoTday (27) copy
moi qui n’en peux plus des photos, haha
Screen Shot 2017-11-27 at 6.00.43 PM
dans une rue de la ville où les cousins habitent

Si vous cherchez une poussette qui permet d’asseoir un petit et d’avoir un plus grand debout derrière ou éventuellement assis en sens contraire de la marche… continuez de chercher! Ce truc ne manoeuvre pas bien du tout.

IMG_9387
le citron et son cousin dans la double poussette de course (la cousine faisait la sieste à la maison)

 

À Boulder, où le citron examine une aire de jeu et des guirlandes, et où le Viking a décidé qu’il voulait installer ce hamac dans notre salon!

 

* sur les conseils de notre dermato, nous sommes passés du liniment (le nôtre était déjà à l’huile de tournesol car l’huile d’olive aggrave les problèmes de peau pour les enfants atopiques — ne jamais mettre d’huile d’olive sur un eczéma par exemple) à l’huile de tournesol seule et nous avons vu une grande amélioration de la peau du derrière! 

Mini-vacances à Portland

Comme on a un peu un grain et que notre vie était trop calme, on s’est dit que c’était une bonne idée d’emballer toute la maison et de partir deux jours à Portland, dans le Maine. C’est qu’on dormait trop bien, jusque là: il nous fallait déboussoler le citron et passer une petite nuit blanche, pour le fun quoi.

Haha. Plus sérieusement, avec cet hiver qui a duré cinq mois, le Viking et moi étions sur le point de tuer quelqu’un tant nous n’en pouvions plus de rester dedans à regarder la neige et le froid faire des ravages.

Sur un coup de tête, on a réservé une chambre dans un chouette hôtel et on est parti.
À l’aventuuuuure!

coffre
Je ne suis pas peu fière d’avoir réussi à partir si peu chargés, car j’aime voyager léger: en général, si on va ne serait-ce qu’à une heure de route, on dirait l’équipe de rugby à 15 qui essaie de caser tout le vestiaire dans le coffre. Dur pour moi, une minimaliste.

La poussette cane, qui appartient en réalité aux grand-parents d’Oscar, aide pas mal: notre poussette de footing prend la moitié du coffre de mon bateau ma Ford Taurus.
Les vêtements du Viking et les miens sont dans le sac orange, avec les trucs d’hygiène. Le seul truc qui n’y rentrait plus, c’était ma paire de bottines grises qu’on voit à côté, mais finalement je ne l’ai pas mise du voyage. Les vêtements du citron sont dans le petit sac Décathlon que vous avez reconnu (c’est comme ça qu’on reconnait un touriste français d’ailleurs aux US: ils ont tous leur mini-sac Quechua!). Et bien sûr, nous ne sommes pas parti sans notre bien-aimé porte-bébé Ergo. Ce qu’on ne voit pas, c’est le sac à langer du citron (on l’a laissé sur le siège arrière), qui contient notamment 12 couches lavables et un plus petit sac plié, pour prendre avec nous en promenade. Plutôt pas mal, hein?

IMG_7118

En arrivant à Portland, il faisait beau. Nous nous sommes alors promenés près de l’eau après un déjeuner rapide, avec une petite glace… si on va à la plage, autant faire les choses bien!

Nous avons pris le temps de nous détendre un peu et de profiter du soleil en faisant une longue promenade, durant laquelle le citron a majoritairement dormi. Sur la photo, il venait de se réveiller, et le vent s’était levé.

Nous sommes allés voir les pêcheurs, qui à cette heure tardive de la journée ne pêchaient plus, mais c’était cool d’être en plein dans l’ambiance « sur les docks » avec les cages à homards et les mouettes qui cherchaient à récupérer des bouts de poisson. Le lendemain, il y a même un oiseau qui a fait tomber une carcasse juste devant moi, j’ai bien rit en me disant que j’ai failli ajouter « assommée par une mouette malhabile » à mon palmarès!

Dîner avec le citron n’est pas chose facile: clairement ça l’embête que son père et moi avons besoin de nos deux mains pour nous régaler de fruits de mer au lieu de lui lire un livre tout en lui enfournant une purée dans le bec. Nous avons donc mangé en décalé, lisant « Fox in Socks » une bonne douzaine de fois (si jamais on ne le connaissait pas déjà par coeur, héhé).

Au moment du coucher, un problème plus important s’est présenté: le lit fourni par l’hôtel était tout pourri. Il était si vieux que le matelas était d’une taille qui ne se fait plus, donc le drap était trois fois trop grand et ne tenait pas, mais en plus il était terriblement mou, or on sait tous qu’il faut faire dormir un bébé sur un matelas ferme sans rien de lâche autour. Après quelques parlotages avec le management, il s’est avéré qu’il n’y avait pas d’autre option. Nous avons alors décidé de reprendre la voiture pour sortir de la ville et de nous rendre chez notre fidèle ami Target pour nous acquérir d’un lit parapluie. Pas question qu’Oscar dorme dans un truc dangereux!  Vive les horaires américains, tout est ouvert jusqu’à 23h ou plus. Nous avons acheté un lit de voyage basique, facile à monter et à remettre dans sa boite: n’étant pas un produit que nous voulions acheter à la base car l’enfant ne peut y entrer ou sortir seul (motricité libre et pédagogie Montessori, quand tu nous tiens, tu nous tiens même en voyage!), nous savons que nous allions le ramener le lendemain. Là encore, merci les US car on peut tout rendre! Bon finalement, n’étant pas un lit connu du citron, il n’a rien voulu savoir et n’y a quasi pas dormi: il a fini sa nuit en position couchée dans la poussette, le Viking le berçant depuis son côté du lit.

EDIT: nous avons depuis acquis un lit Lotus Guava, auquel nous l’habituons à la maison… dans l’espoir de repartir en week-end de façon plus sereine avant l’adolescence du citron! 

Il faisait gris et frais le lendemain, ce qui ne nous a pas empêché de visiter un peu plus la ville.  Je suis évidemment passée par une papeterie, on ne se refait pas. Portland est une ancienne ville industrielle avec pas mal de bâtiments en brique rouge. C’est aussi un port de pêche important et la table tournante de plusieurs ferrys qui vous emmènerons dans diverses provinces canadiennes. Sans trouver que la ville tabasse sa race, c’est cependant une chouette destination pour un court week–end, surtout si vous êtes un amoureux des fruits de mer.

Avant de rentrer chez nous, nous sommes retournés au marché aux poissons: nous voulions emmener de quoi se faire moules-frites le lendemain, ainsi que d’autres poissons à mettre au congélateur.

IMG_7166

Ce marché à l’habitude d’avoir des clients venant de loin, ils ont de quoi emballer les marchandises dans des glacières qui tiennent la journée. C’est un lieu très authentique, situé en plein port, qui vaut la peine d’être visité même si vous ne repartez pas avec du poisson.

C’est quand le Viking remettait Oscar dans son siège auto que j’ai failli être dégainée par la fameuse mouette affamée; pfiou, j’y ai échappé belle!