Opération sac à dos

À l’école où enseigne le Viking, un jeune d’une quinzaine d’années vient d’arriver.
Il n’a passé que quelques jours dans sa classe. Il n’a pas le niveau en maths, il n’en est pas même proche. Comment se concentrer sur les fractions quand on ne sait pas où on va dormir? Il fait moins 20°C, il est sans domicile fixe depuis plusieurs années.
Il devrait bientôt emménager avec sa grand-mère. Peut-être sa tante. Est-ce qu’il y aura suffisamment à manger sur la table ce soir? Il est enfin re-scolarisé de façon permanente. Mais l’incertitude qui règne dans sa vie a bien entâché ses capacités académiques. Il a le niveau d’un élève de CM2. On ne se relève pas facilement d’un tel retard. Coincé dans les classes de bas niveau, là où l’on sait que l’indiscipline n’est que le reflet de l’absence d’estime de soi qui gangrène les élèves, finira-t-il le lycée? Il n’ira pas à la fac, il n’aura peut-être pas même l’occasion de sortir de là avec une formation qualifiante. Et le cercle vicieux de la pauvreté continue.

Les jeunes américains ne mangent pas tous à leur faim à la maison. La secrétaire, les conseillers d’éducation ont souvent des barres de céréales dans les tiroirs, une boite de donuts pré-emballés pour ceux qui n’ont pas accès à un petit-déjeuner. Achetés à leurs frais. Si le Vermont finance le déjeuner de ces jeunes à l’école, les vacances approchent et 15% des élèves de l’école du Viking angoissent de ne pas avoir accès à de la nourriture.  L’esprit communautaire est fort ici, parce qu’il faut contrecarrer les effets d’un état d’esprit qui est celui d’un Etat sans Esprit. C’est comme ça qu’est née l’opération sac à dos.

Je suis habitée d’une telle rage. Ce pays sur-développé a si peu honte de l’absence de soin et dignité offerts à ses citoyens qu’il est incapable de faire en sorte que cela change. Une telle colère de savoir qu’en tête de cette nation, il y a des personnes qui ont perdu leur humanité au profit de l’engraissement de leur compte bancaire. Et je comprends, oh comme je comprends les défavorisés qui descendent dans les rues et saccagent tout. Qui font régner la terreur et l’enfer sur les quartiers les plus pauvres. Moi aussi, j’ai envie de casser, de hurler, de cracher au visage des dirigeants qui promettent chimères tout en s’emplissant les poches. L’ascenseur social ne fait que descendre. Vous referez bien une petite partie de golf pendant que des enfants crèvent de faim?

Le personnel enseignant et administratif a pris l’initiative de faire un peu de shopping en rab en cette fin d’année. L’école regardera partir en vacances les élèves en situation précaire avec autant de repas sûrs que possible. Des pâtes, de la sauce, des boîtes de thon et de haricots verts, bien empilés dans un sac à dos pour chacun. Parce que nous, nous n’aurons pas à nous inquiéter de savoir s’il faut choisir entre le saumon fumé ou les huitres, parce qu’il y aura des cadeaux sous le sapin et de la légèreté dans nos regards. Parce que c’est sans boule dans la gorge que nous ouvrirons placards et réfrigérateurs en cette période de fêtes. Parce qu’aucun enfant ne devrait avoir envie d’aller à l’école afin de manger.

Il est une forme de violence dans les pays sur-développés qui me dégoute.

 

Consolation

Ce n’est pas un jour franchement folichon.
C’est l’anniversaire de l’élection de vous-savez-qui… et le contexte politique de ce pays est peu reluisant.

IMG_9187
et encore, je pense qu’il s’agit d’une insulte envers cette peluche!

L’an dernier, le lendemain de l’élection, c’est la boule au ventre que je me suis levée pour n’avoir que confirmation de ce que je redoutais tant. Le Viking est parti au travail en me laissant en larmes — il n’y avait franchement rien à faire pour me consoler et ses élèves avaient beaucoup plus besoin de lui face à cette nouvelle que moi. J’ai écrit ce truc, qui est toujours d’actualité, puis j’ai continué de croiser les doigts en espérant du mieux. Le mieux n’est pas arrivé, d’ailleurs on ne voit toujours pas la lumière au bout du tunnel et les dégâts sont tels qu’ils vont avoir un impact long et durable sur les citoyens de ce pays.

Concrètement, à part contribuer au niveau associatif et organisationnel, je ne peux pas faire grand-chose: je ne suis pas citoyenne, je ne vote pas. Les élections des gouverneurs se déroulent en ce moment-même et il faut espérer que les Démocrates reviennent en force sur le devant de la scène, comme c’est déjà le cas depuis hier en Virginie et dans le New Jersey.

Alors je me console en me disant que rien ne nous retient ici de force, qu’il nous suffirait d’une opportunité professionnelle, tant pour le Viking que pour moi, pour aller voir ailleurs. Au moins le temps que les choses s’apaisent. Ce n’est pas mon pays, ça ne l’a jamais été, et il ne représente en rien les valeurs que le Viking et moi cherchons à inculquer au citron.

Et je me fais un latte d’automne, parce que tout ce qu’il me reste, c’est la beauté du Vermont en cette période de l’année, et qu’elle n’est jamais mieux accompagnée que par une délicieuse boisson caféinée.

IMG_9190

Il vous faudra alors:
— du lait ou du jus végétal (environ 3/4 de votre tasse préférée)
— un peu de sucre ou d’agent sucrant, selon votre goût (j’ai mis une demi cuiller)
— de la cannelle en poudre
— de la cardamome en poudre
— de la noix de muscade en poudre
— des clous de girofle en poudre

Je fais couler une tasse de « Café Forte » dans notre bar à café Ninja (c’est l’équivalent d’un expresso allongé). Je chauffe juste la quantité de lait nécessaire, puis sur le feu j’ajoute mon petit peu de sucre et mes épices (quantités au pif) et je fouette le tout.

IMG_9193

Une fois le lait épicé prêt, j’y verse mon café (ma machine me donne le double de ce dont j’ai besoin, je n’ai pas tout utilisé). Bien sûr, ça ferait beaucoup plus joli avec de la mousse de lait au dessus mais j’avais la flemme j’étais impatiente de le déguster!

IMG_9195

 

Franconia Notch, un an plus tard

L’an dernier, c’était hardis et impatients qu’on avait emmené le citron, alors âgé de 6 semaines, faire un tour à Franconia Notch. On caressait l’espoir de voir des décors d’automne tant la chaleur de l’été nous avait pesé mais on avait fait chou blanc, il était beaucoup trop tôt dans la saison!

Cette année, on a refait la même sortie, sauf que c’était vachement mieux parce que:
1. on est plus avec un nouveau-né mais avec un petit garçon de presque 15 mois, donc nous avions dormi la vieille (et tous les autres jours avant ça!) et nous pouvions lui montrer des trucs
2. je rentre dans des pantalons donc je ne me suis pas gelé les miches en plein coeur des montagnes blanches en jupe longue de grossesse
3. notre enfant mange de la nourriture solide et a, à peu de choses près, les horaires d’une personne lambda —> on peut déjeuner au restaurant et il fait sa sieste sur le trajet du retour
4. on ne s’est pas pointé trop tôt!

Pour le trajet, il s’agit d’une route scénique d’1h30, un vrai plaisir visuel même si le temps était couvert.


Nous avons ensuite trouvé un point de vue à couper le souffle.

IMG_3429
je ne connais pas cette personne, mais je trouve qu’elle fait bien sur la photo :D

IMG_3428IMG_8865

Immédiatement à l’entrée du pont où se trouve ce point de vue, il y a un sentier de randonnée que nous avons alors pris. Nous avons marché un moment puis nous nous sommes arrêtés dans une petite clairière pour que le citron puisse se dégourdir les jambes.

IMG_3438IMG_3440IMG_3441IMG_3455IMG_3469IMG_3473IMG_8882IMG_8883IMG_8884IMG_8872

Nous avons repris la voiture pour aller autour de Echo Lake, le petit lac avec sa mini-plage qu’on voit également sur l’article de l’an dernier.

Le citron en profite pour se faire un petit peu de lecture… à l’endroit et à l’envers!

IMG_8900IMG_8918IMG_8921

IMG_3486IMG_3478IMG_3476IMG_3496IMG_3500 2IMG_8923IMG_8934IMG_3488

Cette fois-ci, avec notre poussette de compétition, on est quand même allé beaucoup plus loin sur cette plage!

Malheureusement pour les hauteurs telles que celles des montagnes qui forment l’encoche autour du lac, c’était un poil trop tard: il n’y a plus de rouge!
Nous sommes ensuite allé déjeuner puis nous avons repris la route.
Le déjeuner était une catastrophe; la nourriture était très bonne mais la serveuse était clairement stone (et le reste du service exécrable), nous avons patienté plus d’une heure pour avoir le repas du Viking, puis une autre demi-heure pour mon burger, le tout pendant que le citron — qui avait grandement besoin d’une sieste — jetait au sol (c’était de la rase moquette!) de la purée de pommes de terre… D’habitude je ne quitte pas un établissement sans nettoyer les dégâts de mon fils mais là, sans honte aucune, j’ai tout laissé.

Servez-vous dans les photos de paysages si vous voulez vous faire un chouette fond d’écran :D