Franconia Notch, un an plus tard

L’an dernier, c’était hardis et impatients qu’on avait emmené le citron, alors âgé de 6 semaines, faire un tour à Franconia Notch. On caressait l’espoir de voir des décors d’automne tant la chaleur de l’été nous avait pesé mais on avait fait chou blanc, il était beaucoup trop tôt dans la saison!

Cette année, on a refait la même sortie, sauf que c’était vachement mieux parce que:
1. on est plus avec un nouveau-né mais avec un petit garçon de presque 15 mois, donc nous avions dormi la vieille (et tous les autres jours avant ça!) et nous pouvions lui montrer des trucs
2. je rentre dans des pantalons donc je ne me suis pas gelé les miches en plein coeur des montagnes blanches en jupe longue de grossesse
3. notre enfant mange de la nourriture solide et a, à peu de choses près, les horaires d’une personne lambda —> on peut déjeuner au restaurant et il fait sa sieste sur le trajet du retour
4. on ne s’est pas pointé trop tôt!

Pour le trajet, il s’agit d’une route scénique d’1h30, un vrai plaisir visuel même si le temps était couvert.


Nous avons ensuite trouvé un point de vue à couper le souffle.

IMG_3429
je ne connais pas cette personne, mais je trouve qu’elle fait bien sur la photo :D

IMG_3428IMG_8865

Immédiatement à l’entrée du pont où se trouve ce point de vue, il y a un sentier de randonnée que nous avons alors pris. Nous avons marché un moment puis nous nous sommes arrêtés dans une petite clairière pour que le citron puisse se dégourdir les jambes.

IMG_3438IMG_3440IMG_3441IMG_3455IMG_3469IMG_3473IMG_8882IMG_8883IMG_8884IMG_8872

Nous avons repris la voiture pour aller autour de Echo Lake, le petit lac avec sa mini-plage qu’on voit également sur l’article de l’an dernier.

Le citron en profite pour se faire un petit peu de lecture… à l’endroit et à l’envers!

IMG_8900IMG_8918IMG_8921

IMG_3486IMG_3478IMG_3476IMG_3496IMG_3500 2IMG_8923IMG_8934IMG_3488

Cette fois-ci, avec notre poussette de compétition, on est quand même allé beaucoup plus loin sur cette plage!

Malheureusement pour les hauteurs telles que celles des montagnes qui forment l’encoche autour du lac, c’était un poil trop tard: il n’y a plus de rouge!
Nous sommes ensuite allé déjeuner puis nous avons repris la route.
Le déjeuner était une catastrophe; la nourriture était très bonne mais la serveuse était clairement stone (et le reste du service exécrable), nous avons patienté plus d’une heure pour avoir le repas du Viking, puis une autre demi-heure pour mon burger, le tout pendant que le citron — qui avait grandement besoin d’une sieste — jetait au sol (c’était de la rase moquette!) de la purée de pommes de terre… D’habitude je ne quitte pas un établissement sans nettoyer les dégâts de mon fils mais là, sans honte aucune, j’ai tout laissé.

Servez-vous dans les photos de paysages si vous voulez vous faire un chouette fond d’écran :D

 

Une semaine de menus pour le citron

Dans la famille Viking, on essaie de faire des choix conscients à propos de ce que l’on mange, pour nous mais aussi pour la planète. La nourriture n’est pas toujours gégé aux Etats-Unis, où les régulations agricoles et de santé ne sont pas aussi sévères qu’en Europe. Sans compter que, pour l’américain moyen, la nourriture n’a pas ou peu d’importance du moment qu’elle remplit le ventre sans trop d’effort et qu’elle n’explose pas le budget. Heureusement, dans notre région, les gens sont plutôt intéressés par ce qu’il se passe dans leur assiette et par tout le processus en amont. Non seulement il y a plein de boutiques bio mais on trouve aussi du bio « proche » et du non-bio local en supermarché, ainsi que les fameuses fermes où l’on peut acheter en avance une part des récoltes et avoir alors un panier hebdomadaire (AMAP en français, CSA en anglais), bio ou pas bio, avec des produits frais de qualité.

Le Viking a un passé de quelques années de végétarien. À la rentrée, il a exprimé le souhait de faire un test de végéterianisme (sans éliminer le poisson) sur trente jours, mais nous avons plutôt coupé la poire en deux en préférant manger beaucoup moins de viande, en la prenant uniquement de bonne qualité.

Nous mangeons donc de la viande (bio) deux fois par semaine, du poisson local deux fois par semaine (le poisson « bio » ça n’existe pas), et des repas végétariens le reste du temps. On consomme donc beaucoup de lentilles, de pois cassés, et autres légumineuses (ainsi que des oeufs, mais plutôt au petit déjeuner) pour qu’il y ait toujours une source de protéine dans nos repas.

Concrètement, le citron mange la même chose que nous, du moment que le format est adapté. Il aime se nourrir seul et ne tolère que le yaourt donné à la cuiller. Traduction : le sol de notre cuisine n’est pas très propre!

Voici donc ses repas sur une semaine.

Lundi 


Petit-déjeuner: lait maternel + un yaourt bébé + un oeuf dur
Déjeuner: une demie tomate, du riz blanc, des haricots blancs ‘northern great bean’
Goûter: du lait de vache + une banane + une petite barre quino-cacao
Dîner: soupe aux 13 légumineuses (avec pommes de terres, carottes, oignons)


Mardi 


Petit-déjeuner: lait maternel + un demi avocat + des flocons d’avoine
Déjeuner: restes de la soupe aux 13 légumineuses
Goûter: lait de vache + une demie banane + un yaourt bébé
Dîner: « soupe » de fenouil, chou-rave, épinards avec des nouilles plates et des mini boulettes de porc (version soupe pour les adultes, version égouttée pour le citron)


Mercredi


Petit-déjeuner: lait maternel + yaourt bébé + un demi avocat
Déjeuner: riz blanc + haricots blancs + une demi tomate
Goûter: lait de vache + une banane + une petite barre quinoa-cacao
Dîner: soupe de lentilles corail avec pommes de terre, betteraves rayées, oignons et courge butternut

Jeudi 

IMG_8695
Petit-déjeuner: lait maternel + un yaourt bébé + un demi avocat
Déjeuner: restes de soupe de lentilles corail + un peu de lait de vache
Goûter: lait de vache + une petite pomme râpée
Dîner: cocotte d’automne (pommes de terre, courge butternut et patates douces cuites dans du bouillon) + haddock au four

Vendredi 


Petit-déjeuner: lait maternel + une banane + un yaourt bébé + un peu des oeufs coque de maman
Déjeuner: haricots noirs + tomates cerises + un demi avocat + un peu de lait de vache
Goûter: flocons d’avoine avec du beurre de cacahuète + lait de vache
Dîner: pâtes à la sauce tomate maison + mozzarelle + feuilles de betterave cuites dans la sauce

Samedi

IMG_8703
le truc violet c’est un petit machin soufflé qui a un goût de rien qu’on lui a donné pour patienter

Petit-déjeuner: lait maternel + une banane + une pomme râpée + de la frittata (c’était jour de grande faim apparemment!)
Déjeuner: restes des pâtes à la sauce de la veille
Goûter: lait de vache + une barre avoine pomme-épinards
Dîner: saumon au four + riz cuit dans du bouillon + duo de courge butternut et de pommes au four

Dimanche

Petit-déjeuner: lait maternel + un oeuf dur + une tranche de pain complet
Déjeuner: restes de riz + une carotte râpée + haricots noirs + lait de vache
Goûter: yaourt bébé + une banane + lait de vache
Dîner: courge spaghetti farcie au poulet haché (avec du curry pour relever) et pommes de terre à l’eau

Les menus sont composés suivant ce qu’il se trouve dans notre panier de la ferme (ça c’était il y a un mois donc ça reflète un panier un peu plus estival),et on essaie si possible d’alterner les jours de viande, de poisson, et de repas végétariens. Comme en ce moment les températures font n’importe quoi, il faut parfois intervertir des trucs; je n’ai pas franchement envie d’une soupe aux 13 légumineuses quand il fait 27° dehors haha.

Le citron gère les quantités qu’il mange, on ne le force jamais. On sait quand il n’a plus faim: il commence à aplatir les aliments devant lui, ensuite il les jette au sol (pour le chat ?!) puis il danse un peu dans sa chaise.
Alors évidemment, ce n’est pas du tout une technique propre. Il y a des repas qui sont moins salissants que d’autres mais souvent, s’il y a une sauce ou que c’est un repas un peu soupeux, le citron ressemble à ça à la fin:

(« brandade » saumon/courgette puis chili végétarien de quinoa et patates douces — oui, faire avec les légumes d’une AMAP ça implique forcément de cuisiner des recettes un peu chelou!) 

 

Tag: vis ma vie de… maman!

Taguée par Maman BCBG, je suis trop contente parce qu’on ne me tague jamais haha et c’est nul mais j’aime bien les tags!

1. Présente toi en quelques mots, combien as-tu d’enfants? Quels sont leurs prénoms? Quels âges ont-ils?

Aurore, prof de français en disponibilité, traductrice freelance et wannabe auteur. J’ai 30 ans (et demi), j’aime faire la cuisine, j’ai vécu sur 3 continents différents et j’attends la suite! Je commence ma 8ème année consécutive hors de France. Ça ne me dérangerait pas de revenir vivre un peu en Europe, mais la France est bien bas sur ma liste.
Mon citron, Oscar, est né au milieu de l’été 2016, après une grossesse compliquée. Il avait un peu d’avance. Il n’est vraiment pas prévu qu’il soit suivi d’un autre bébé qui passerait par mon utérus. Le Viking a décidé de se donner encore deux ans de réflexion avant de passer sur le billard, haha.
(c’est courant, aux US, comme procédure)

2.  Avant de connaitre officiellement le sexe de ton enfant, le connaissais-tu déjà au plus profond de toi? 

Oui et non.
Du côté du Viking, il n’y a pas eu de fille depuis 5 générations. Du coup, non seulement je parlais à mon ventre sous la douche (« sois une fille! ») mais j’espérais prouver que ce n’était pas impossible: dans sa famille, ils me sortaient tous des pseudo règles génétiques douteuses (que mon médecin avait discrédité en rigolant un bon coup), mais ils n’en démordaient pas! J’avais cependant le sentiment que c’était un garçon; nous avions un prénom de fille avant l’échographie mais pour un garçon, nous cherchions encore. Mes élèves avaient d’ailleurs décidé de m’aider, haha:

Screen Shot 2017-09-22 at 5.36.13 PM
vous noterez bien qu’on m’a même suggéré Jesus comme prénom! (c’était un élève hispanique)

Quand la technicienne nous a annoncé le sexe (à 5 mois, pas avant ici, pour des raisons légales), pas de surprise donc. Ça m’a semblé « naturel » dans la minute qui a suivi, mais beaucoup de gens m’ont demandé si je n’étais pas déçue car j’avais beaucoup parlé de fille (je ne l’étais pas). En sortant de là, avec le Viking, nous sommes allés faire une photo:

Screen Shot 2017-09-22 at 5.39.39 PM
je jure qu’en général, je ne suis pas du tout du style « le bleu, pour les garçons, le rose pour les filles », bien au contraire!

Finalement, la fille, c’est ma belle-soeur qui l’a fait: May, la cousine du citron, est née six mois après lui, c’est la première fille depuis les années 20, je crois!

3. Maman au foyer ou maman au travail?

Maman qui travaille de la maison, cette année. Mais j’ai envie de reprendre une activité à l’extérieur, soit l’an prochain, soit l’année où le citron ira à l’école, au moins à temps partiel. Enseigner me manque. Qui me raconte des vannes nulles (j’adore les vannes nulles et les jeux de mots pourris) si ce n’est pas un groupe d’ados de 14 ans?!

4. As-tu un objet ou quelque chose de symbolique faisant référence à ton enfant qui ne te quitte jamais? 

J’ai un sautoir de chez Happy Bulle que le Viking m’a offert le mois suivant la naissance du citron. C’est une médaille dorée avec les empreintes de pieds d’Oscar gravées du côté pile, et son prénom + sa date de naissance au format européen du côté face. Je ne le mets pas tout le temps, en revanche.

5. As-tu déjà vécu une situation où ton instinct de maman a pris le dessus? 

La dernière fois que le citron a eu un check-up chez le médecin. Notre pédiatre est à l’hôpital donc c’est une infirmière qui pèse, mesure, et prend les constantes de l’enfant avant qu’il arrive.
Le citron avait peur de cette femme qu’il ne connait pas et s’est mis à pleurer quand elle a voulu l’approcher. Elle n’arrêtait pas de lui dire « non, ça ne fait pas peur, ne pleure pas » tandis que moi je répétais « on a le droit d’avoir peur de quelqu’un qu’on ne connait pas, et on a le droit de pleurer » (en anglais pour le coup, pour qu’elle me comprenne) mais elle continuait « non non ça ne fait pas peur » et moi aussi j’insistais « mais siiiii, on a LE DROIT d’avoir peur et de l’exprimer ». Je crois que c’était surtout un malentendu; elle pensait que je disais au citron que le personnel médical fait peur.
Que personne ne dise à mon fils que ce qu’il ressent n’est pas légitime. JE MORDS.

6. Fais-tu partie de ces mamans qui ont gardé leur test de grossesse? 

Non! J’ai une photo, mais vu qu’il était imprégné d’urine… J’ai gardé le cordon ombilical, en revanche (il est tombé chez le pédiatre donc j’ai demandé un tube à analyse d’urine) et ici aux US tout le monde trouve ça dégeu. J’ai fait une boite pour le citron avec les bracelets de naissance qu’on avait tous les 3 (le Viking est resté les 4 jours avec nous, super maternité) et d’autres souvenirs de sa naissance.

Screen Shot 2017-09-22 at 6.01.43 PM.png

7. As-tu du mal à te séparer des affaires de ton enfant? 

Les objets de puériculture, non. On en a déjà vendu pas mal, je ne suis pas attachée à sa première poussette, par exemple. Pour les vêtements, j’ai une pile « je garde, je veux en faire une couverture patchwork » et une pile « je donne/je garde pour des copines qui vont bientôt sauter le pas ».

8. Un achat qui te trotte dans la tête depuis quelques temps mais que tu n’as pas encore fait?

Pour moi? Je n’aime pas mon alliance des masses, j’en voudrais bien une autre.
Pour le citron? Plus de livres en français avec des pages cartonnées.

9. On dit souvent que pour un premier enfant, on a du mal à acheter d’occasion. As-tu réagis différemment pour ton deuxième enfant? 

Je n’ai qu’un enfant et je confirme que non seulement je ne voulais rien d’occasion, mais j’en avais rien à battre qu’on veuille me donner des habits déjà mis! Je trouvais tout moche, tâché, que ça sentait… (quelques exceptions quand même)
Si un jour on adopte un enfant, il aura ses affaires à lui. Le Viking est un deuxième enfant; il a beaucoup souffert d’être celui qui reçoit les restes (objets matériels et attention).

10. Un fait marquant depuis la naissance de ton enfant à nous raconter? Qu’il soit heureux ou un peu moins… 

Je vais partir sur du trivial et marrant: mes cheveux ont changé de texture!

Screen Shot 2017-09-22 at 2.55.01 PM
À gauche, mes tiffs avant grossesse et hormones. À droite, mes cheveux aujourd’hui même (j’ai pris la photo ce matin pour montrer à ma cousine!). Le citron boucle, je lui « ai donné » :-)  Bah, j’ai passé mon adolescence à me lisser artificiellement les cheveux, maintenant je les ai hahaha.

11. As-tu déjà craqué nerveusement depuis que tu es maman? 

En dehors de l’épisode récent où je me sentais perdue, voici quelques exemples:
— un matin, le citron était sur son tapis et a vomi un peu par le nez, ça l’a fait hurler, j’avais peur qu’il s’étouffe, je surveillais le petit déjeuner qui cuisait, le Viking était tout zébulon, ça m’a énervée qu’il ne s’inquiète pas et qu’il ne prenne pas spontanément le relai dans la cuisine pour que j’aille m’occuper de mon citron. J’ai fini par lâcher mes saucisses et mes oeufs, qui ont brûlé, il y avait un peu de fumée dans la maison, je bouillais. Ce jour là, non seulement des noms d’oiseau ont volé mais il y a également une poêle à frire qui a finie dehors, dans la neige… On a mangé des céréales.
— une nuit qui n’en finissait pas, le citron n’avait pas dormi, il fallait se lever et se préparer car on avait prévu de prendre le petit déjeuner dans un « diner » avec la mère du Viking et des amis à elle à 9h du matin (alors qu’on habite à 40min…), le Viking m’a réveillée à 7h et me pressait, en descendant je me suis pris les pieds dans un transat (vide) posé devant les escaliers —> le transat a fini dans le mur, il y a d’ailleurs une encoche dans le mur en question!
— l’élection du 45ème président américain, ou ledit orange, car j’ai très peur pour l’avenir de mon fils, qui est binational. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps.

12. Voulais-tu plusieurs enfants avant d’en avoir? Ton avis a-t-il changé depuis? 

Je voulais un seul enfant. J’ai majoritairement détesté être enceinte et je disais « plus jamais! » même si on aurait pu croire le contraire parce que je riais tout le temps (de désolation) tellement c’était ridicule d’inconfort. D’ailleurs là, on me voit juste avant qu’on m’emmène au bloc et je suis en train de me fendre la poire.

Screen Shot 2017-09-22 at 6.36.56 PM
Après ma césarienne, j’étais défoncée aux hormones et je planais à cent mille (je me souviens encore avoir vanné les 3 étudiants qui assistaient à l’opération), alors quand on m’a mis le citron sur la poitrine, il se peut que j’ai dit en vouloir dix à une gentille infirmière… Je me suis calmée depuis, j’en suis revenue à mon chiffre initial.
Je n’exclue pas d’adopter un deuxième dans cinq, six, sept ans…

Le Viking voulait deux enfants; lui en revanche, il a changé d’avis haha. Un lui suffit.

 

Un autre tag parental
Ma grossesse toute pourrie
L’annonce de ma grossesse
et plein d’autres trucs dans la catégorie « citron vert »!

 

Le Citron au restaurant

Si ça nous arrive de sortir sans le citron, notamment pour aller voir un film, c’est rare qu’on se fasse un restaurant sans lui. Non seulement je n’aime pas qu’il mange seul — il mange avec nous, au même moment; certes ça prend plus de temps parce qu’il faut s’interrompre pour lui donner/l’aider/rattraper au vol le bout qu’il veut donner au chat, mais je ne veux pas me passer du côté communautaire des repas —  j’aime aussi l’idée qu’on lui ouvre un univers gustatif dès tout petit, en l’emmenant dans des restaurants étrangers. Il faut savoir que j’adore absolument toute nourriture asiatique. Japonais, chinois, thaï, coréen, indien… Je pourrais ne manger que ça! Dans la ville voisine, il y a aussi un restaurant népalais qui est super, par exemple. Il nous manque cependant un vietnamien!

Comme nous allions samedi à Montpelier, la capitale du Vermont, avec un copain qui est en visite dans le coin pour quelques mois, on en a profité pour y faire un tour. Mais avant de se restaurer, le citron s’est amusé dans la maisonnette d’une librairie qui a tout un étage dédié aux enfants!


Je me souviens qu’on avait emmené le citron au restaurant japonais tout au début de sa diversification alimentaire. C’était peu fun parce qu’il fallait lui prendre des trucs qui s’écrasaient bien: l’une des employées nous avait donné un petit bol de tofu soyeux, par exemple. Avant un certain âge, c’est quand même plus pratique d’emmener une purée maison ou une petite gourde achetée — ce qu’on avait fait en vacances à Portland, dans le Maine, au printemps.

Maintenant, il est assez grand pour mâcher quelques trucs. Si on sort manger, on lui donne un peu de nos assiettes, en coupant des bouts qu’il peut attraper seul. On ne le restreint sur aucun aliment ou assaisonnement du moment que le format est adapté ( = mou). Il mange du chili, par exemple. La texture n’est pas idéale pour qu’il puisse bien manger seul, mais les épices ne le gênent pas.
À la maison, la seule chose à laquelle je fais attention dans ma cuisine, c’est le sel: si possible, je n’en mets pas du tout.

Depuis cet été, le citron aime manger indépendamment. Ça ne veut pas dire qu’on ne lui donne pas du tout de purées ou qu’on ne l’aide pas, mais s’il y a quelques chose d’écrasé au menu, soit on s’assure que ce soit assez épais pour qu’il puisse attraper des bouchées avec ses doigts (pas intéressé de tenter la cuillère lui-même), soit on l’aide avec une cuillère mais on lui propose aussi des choses en morceaux à côté pour qu’il ne se frustre pas de ne pas manger seul. Pour les soupes, par exemple, je retire la majorité du bouillon de sa portion et j’écrase le tout grossièrement; de cette façon, il peut manger seul.

IMG_8654

Comme le restaurant vietnamien où nous sommes allés sert majoritairement des phô (soupes vietnamiennes traditionnelles), nous avons préféré lui prendre des entrées à part car nous voulions des soupes. Deux entrées ont largement suffit niveau quantité: il n’a pas tout fini, et de ce qu’on lui a donné, la moitié a fini au sol :-D

Je voulais lui proposer un dîner équilibré: nous lui avons d’abord commandé une salade de papaye verte. C’était râpé et assez vinaigré, mais ça ne l’a pas perturbé (moi je n’ai pas aimé!). Il a ensuite mangé des raviolis au poulet cuits à la vapeur. Il a fallu les couper pour lui donner des petits morceaux. Il a mangé le ravioli et la farce séparément parce que tout était sorti en les ouvrant, mais ça ne l’a pas dérangé non plus. On lui donne directement sur la table, au risque de se retrouver avec une assiette brisée au sol.

Le petit + des restaurants asiatiques, c’est qu’on trouve facilement des fruits et des légumes crus ou cuits, présentés de façon assez simple. Un carpaccio d’avocat, par exemple, est standard dans un japonais. Un assortiment chou râpé, brocoli au sésame et haricots noirs sera présent chez un coréen. Des cubes de mangue chez l’indien, etc.
Il y a évidemment le tofu nature, même si fade, qui sont faciles à prendre en main et à mâcher pour un petit d’un an.

Il est possible de commander les plats en version vapeur plutôt que sautés (ou frits) dans pratiquement tous les restaurants chinois. De même, il n’y a pas de « menu enfant » qui pourrait tenter les petits ou les parents à coup de nuggets et frites, ce qui serait quand même dommage quand on se retrouve face à de bonnes brochettes japonaises ou à un excellent tikka marsala indien!

Et ce sont toujours, selon moi, des restaurants super ouverts aux enfants!
Si vous fréquentez les restaurants asiatiques, même sans être parent, vous l’avez surement remarqué. Il n’est pas rare de voir les jeunes enfants du personnel venir jouer ou dîner dans la salle, même dans un bar à sushi plutôt guindé! Il y a un chinois pas loin que nous adorons; les deux ados des propriétaires font souvent leurs devoirs au milieu des clients tout en mangeant, haha. Je trouve que ça apporte quelque chose de tellement authentique, je me dis que si les enfants du personnel mangent là, c’est que c’est vraiment bon.

Ils se plient en quatre pour aider les familles à composer une version adaptée à ce que
l’enfant peut mâcher, apportent souvent un petit truc gratuit comme un bol de tofu pour faire patienter l’enfant, et ne font pas la tronche si des ustensiles volent ou si le bébé fait un peu de bruit. Bon, ça reste assez vrai pour les restaurants américains en général: les petits sont rarement regardés de haut. Je ne sais pas si on peut en dire de même pour un restaurant français?

Tout ça pour dire que je « valide » le restaurant asiatique avec un petit de 13 mois, si vous hésitiez encore!